Maintenance Notice: Marketing Materials will be unavailable on April 10th, 2015 from 07:00 AM CDT til 10:00 AM CDT due to server maintenance.
Enabling today.
Inspiring tomorrow.

 Manager une team eSport: les clés de la réussite

​​​​L'eSport est le dernier phénomène mondial, avec des entreprises telles que les 76ers de Philadelphie prenant des parts majoritaires dans Team Dignitas et Apex, et les propriétaires d'une franchise de NBA prenant une participation majoritaire dans TeamLiquid. L'eSport est sorti des garages et des chambres. Il remplit désormais des stades et ses compétitions sont suivies par des millions de spectateurs.​

AMD and Fnatic eSports TeamMais comme dans les sports traditionnels, il faut une volonté à toute épreuve pour emmener les meilleures équipes vers la victoire, en particulier quand les sports sont si divers et les technologies proposées si étendues. Bien que l'affrontement soit moins physique que dans les sports traditionnels, il faut la même volonté, la même concentration, le même talent... et un PC puissant. Comme dans tout sport, il faut un bon manager pour que l'équipe reste concentrée et compétitive. 

Finlay Stewart fait partie de ceux-là. Il manage l'équipe Fnatic de League of Legends (LoL), qui se classe régulièrement parmi les meilleures de la discipline. Nous avons demandé à Finlay ce qu'il fallait pour bien diriger une grande équipe d'eSport et la préparer à gagner. 

Ayant travaillé avec Fnatic depuis environ 18 mois, dont une partie en Business Development, il sait ce dont une équipe a besoin pour bien fonctionner. Finlay a passé un an à manager directement l'équipe, et sait comment répondre aux besoins de ses joueurs, au fur et à mesure de leur développement et de la construction du collectif. C'est un travail exigeant, mais, pour Finlay, il offre de belles récompenses:

« ​Voir ses efforts se transformer en victoires dans l'arène. Bien que mon rôle l'année dernière n'ait pas tellement influé sur les résultats de l'équipe, c'est bon de voir qu'elle réussit quand vous donnez tout pour l'équipe. 

Et c'est toujours agréable d'entendre les joueurs exprimer leur gratitude. Tout ce que je fais se passe en coulisses, mais au final, ça compte. Tout le monde ne s'en rend pas compte, mais quand cela arrive, ça fait toujours plaisir. »

Cependant, l'eSport de haut niveau n'est pas toujours de tout repos. Comme pour toute autre entreprise, le manager doit faire face à de nombreux défis pour que son équipe réalise les meilleures performances, particulièrement dans la mesure où ce poste peut englober de nombreuses responsabilités. Le manque d'expérience de Finlay à ce poste ne lui a pas facilité la tâche:

« Le rôle d'un manager dans les LCS (League of Legends Championship Series) est très large. Certains managers ne s'impliquent pas totalement, tandis que d'autres dirigent complètement leur équipe. Arrivé au cours de l'année 2016, j'étais le petit nouveau. En gros, j'ai fait ce qu'on m'a dit. Mais quand Deilor (précédent manager de Fnatic dans League of Legends) est parti, les choses ont changé. Je suis devenu le membre le plus âgé de l'équipe, et j'ai dû évoluer. L'année prochaine, je serai plus confiant et ferai en sorte que tout se passe bien dès le début. J'ai beaucoup appris cette année, et je ne laisserai pas se reproduire certaines des situations malencontreuses que nous avons vécues l'année dernière. C'est par nature un des aspects les plus difficiles du rôle d'un manager d'eSport. Faire en sorte de gérer toutes les relations au sein de l'équipe, de même que les plannings des joueurs. L'entraînement, la discipline, la promotion, les interviews... Il est essentiel de gérer le temps de manière efficace pour que tout fonctionne à la perfection. »

Même si Finlay a maintenant une bonne connaissance des joueurs clés de son équipe et a su s'adapter à son rôle, reste la question logistique, à savoir fournir à son équipe le matériel dont elle a besoin pour être la plus performante possible.

Quand on lui a demandé ce qu'il recherchait en termes de matériel et de périphériques pour son équipe, Finlay a expliqué que ses joueurs devaient pouvoir jouer à LoL à 144 FPS, tout en ayant une fiabilité et des performances constantes lors des plus longues sessions de jeu. Et quand on lui demande d'expliquer son choix des composants AMD pour les PC de son équipe, il mentionne le rapport performances/prix proposé par AMD:

« Je trouve qu'AMD propose des CPU et des GPU à des prix abordables, tout en assurant les performances dont nous avons besoin. AMD propose des GPU très compétitifs pour des jeux peu gourmands en ressources comme League of Legends, mais si nos joueurs veulent diffuser leurs parties en direct, ce qui demande davantage de performances, AMD a également les produits qu'il faut. »

Il nous a également révélé en détail la configuration d'un de ses joueurs:​

    • ProcesseurAMD FX™ 8370
    • Carte graphique MSI Radeon™ R9 390X
    • 2x8GB DDR-1866 de RAM
    • Disque dur SSD de 250GB
    • Clavier Fnatic Gear Rush
    • Souris Fnatic Gear Flick et tapis Neon
    • Écran ZOWIE BenQ 144 Hz

Finlay assure que cette configuration fonctionne parfaitement pour son joueur Rekkles, capable de diffuser sa partie en streaming tout en dominant la SoloQ, sans pour autant nuire aux performances de jeu.

​Quand on évoque l'avenir d'AMD et ce qu'attend le plus Finlay en tant que manager LoL de Fnatic, voici ce qu'il répond:

« Je dirais que j'ai très hâte de voir le nouveau processeur "Zen" en action. J'ai entendu dire que ce serait une révolution, mais je veux le voir de mes propres yeux. Apparemment, il sera parfait pour qui tous ceux qui veulent diffuser en streaming leurs parties sur des jeux gourmands en ressources, comme presque tous les joueurs de notre équipe LoL. »

Notes de bas de page:​